AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hiroshi Yuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageSujet: Hiroshi Yuki   Mer 18 Oct - 11:17


Hiroshi Yuki
Le verbe aimer peut être conjuguer à tout les temps,
vu que tu seras le seul que j'aime dans le passé, le présent et le futur.






Identy


nom :

réponse

prénom :

réponse

date de naissance & ville :

jj mois - ville

origine :

chinoise  

nationalité :

coréenne  

orientation sexuelle :

ryusexuelle (vaut mieux pas même poser son regard sur moi sous peine de quelques petits soucis)

situation familiale :

orpheline  

situation financière :

moyenne supérieur

statut social :

célèbre pour ceux qui aime le classique









Les gens disent de moi que je suis quelqu'un de doux. Ma voix n'est que murmure la plupart du temps. Mais je peux devenir une vrai harpie quand il le faut. Beaucoup s'amuse de mon côté rêveuse et tête en l'air, c'est-ce qui fait mon charme? D'autres n'arrivent pas à le comprendre, après tout je suis quelqu'un d'insipide à leurs yeux. J'aime flirter sans aller plus loin, je connais le moindre geste pour plaire à un homme,  certainement le reste de l'éducation de ma mère. Je suis bordélique dans mes propos, ne sachant pas par où commencer quand je parle. Trop d'idée d'un coup me viennent à l'esprit. Je n'aime pas les mots, ceux qui font mal, ceux qui font pleurer. Préférant ceux des notes et de la musique qui viennent pleurer aux oreilles. Mon regard est expressif, plus que des mots, plus que la musique. Mes joues deviennent rouges en une fraction de seconde quand je suis mal à l'aise (tout le temps). Je déteste me sentir exclue. Je déteste aussi l'injustice même si j'ai comprit trop tard que la vie n'était pas rose mais juste grise.


Pseudo


C'est de ta faute. Tu avais pas besoin de m'en parler hier !!!







Code:
<a href="url de la fiche de presentation" class="ppr">nom prénom du feat</a> ► nom du personnage
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Hiroshi Yuki   Mer 18 Oct - 11:18


Hiroshi yuki
tu es toujours près de moi, peut être pas de corps mais dans mes pensés. Et tes mots me hanteront pour toujours.




L'affiche devant moi me fait sourire. Quatre ans que j'ai tout quitté, que je l'ai quitté pour son propre bien. Grâce à internet, je sais qu'il se porte à merveille, qu'en plus d'être un mannequin reconnu internationalement, il s'est mit à chanter. Et les paroles, ses paroles me touchent. Cette fille dont il parle, c'est moi... Horishi Yuki, son seul et unique amour, cette fille qui a piétiné son coeur comme dise ses fans. Je ne dis rien, supportant les critiques et les rumeurs mais la vérité est autre... Dis, tu te souviens Ryu ou comme dans tes chansons, tu as oublié tout, tu as tourné la page sur notre histoire.

Des légendes raccontes que des êtres sont liés par un fil invisible à l'œil dès le premier regard. Ils sont des réincarnations de couple ayant exister qui ont malheureusement été malheureux. Ces êtres n'ont pas besoin de se parler pour se comprendre. Juste un seul regard suffit... Nous n'étions que des bébés quand nos mères nous posèrent dans le même berceau. Toi, du haut de tes un an, tu m'as pris dans tes bras pour me calmer. C'est ce qu'elles nous disaient en rigolant, ces femmes qui nous ont abandonnés chacunes à leur façon. Voisins, nous étions inséparable. Mes premiers pas furent vers toi qui me tendais la main, mon premier mot fut ton prénom. Nos rires et nos larmes, nous partagions tout.

Puis ta maman est décédé, un homme est venu te chercher. Je me vois encore courir vers toi, m'attacher à ta veste, et toi qui me murmure qu'on se retrouvera. J'y ai cru sur le coup. Tu m'as souris, ébouriffée les cheveux et puis, tu es parti me laissant seul. Ce soir là, maman m'a promit qu'elle te retrouverait. C'est ainsi qu'à mon tour, je fus éloignée de l'endroit où nous avons grandie pour vivre chez la mère de mon père. Jamais plus, je revie celle que j'appelais avec affection maman. De toi, il me restait le violon que tu avais offert et rien d'autre.

J'ai grandie seule, dans le restaurant familiale de ma grand-mère. Les autres rigolaient de moi car j'étais trop grande, trop mince, que j'avais des lunettes et un appareil dentaire puis, j'étais orpheline. Ma tristesse, je la cachais en jouant du violon... On a été séparé sept ans jusqu'à l'entrée au lycée. Toi, le mec populaire, et moi, la looseuse qui sursautait au moindre bruit. Elle était loin la Yuki de tes souvenirs, nii-chan. Tu m'as observé de loin, sans m'approcher. Tu m'as rattrapé dans les escaliers quand les autres me poussaient. Et je n'ai jamais pensé à te regarder. Qu'est-ce que tu en as souffert de se regard fuyard. Et pourtant...

Mon premier baiser dans cette ruelle que tu m'as volé lors d'une pause à l'une de ses soirées où tu étais l'attraction principal et moi, une simple serveuse. La première fois que je me suis retrouvée sous les projecteurs de ta faute. La deuxième fois, fut dans le musée où tu avais une séance photo et moi qui voulait simplement m'instruire. Tu as dû t'amuser à me faire poser avec toi quand j'y pense. Sans le savoir à ce moment là, j'étais déjà éperdument amoureuse de toi.

Le temps a continué, le lycée aussi. Du vilain petit canard, je me transformait en cygne sous tes yeux. Adieu les lunettes, l'appareil dentaire. Je me mouvais dans ton ombre, dans notre monde. Oh il y a eu des faux pas comme ma première fois avec celui que tu haïssais. Ta crise de possessivité en l'apprenant, ton "Tu es à moi". Ce qui a été un tournant dans notre relation fut le décès de ma grand-mère. Le soir même, mes affaires étaient chez toi. Dans cet appartement qui était à mon goût, où je pouvais me déplacer en fermant les yeux. Cette prison dorée que tu avais construit pour moi. Il y en a eu des disputes, des larmes, des cries. Avant que je comprenne grâce à une photo que tu étais mon Ryu.

On pourrait croire que notre histoire finirait par un ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Mais la vie n'est pas un conte de fée. A peine commencions nous à nous aimer que celui que tu nomes père se mit à tout faire pour nous éloigner l'un de l'autre. Durant deux ans, je t'ai vu prendre des coups je t'ai vu aller contre son autorité. Tu as voulu le tuer cette nuit où il a levé la main sur moi. Ce sont mes cries qui t'ont arrêté, mais le mal était fait. Cet homme avait comprit.... Je n'étais pas ton nouveau jouet...

Et y a quatre ans maintenant. Ryu était parti je ne sais faire quoi avec ses amis quand on m'a prévenu qu'il avait eu un accident de voiture. En colère contre sa stupidité, je preparais un sac avec ses affaires pour le rejoindre à l'hôpital quand la porte de l'appartement s'ouvrit sur son père. Il m'a proposé un jeu et j'étais sûr de le gagner. Si Ryu m'empêchait de partir, il nous laisserait tranquille, même mieux, il rendrait la liberté à sa poule aux œufs d'or. Si Ryu ne venait pas, il payerait mes etudes dans un conservatoire n'importe où dans le monde... Et durant l'hospitalisation de Ryu, je ne l'ai pas cherché, acceptant tout de la part de celui que je pensais être fait pour moi. Si il réclamait un baiser devant des inconnus, je le lui donnais sans broncher, chose qui n'était pas moi... Deux semaines après sa sortie d'hôpital, il m'a demandé ce que j'avais. Les mots en entraînant d'autres, j'ai fait mon sac et devant ses yeux, j'ai claqué la porte. Espérant qu'il me rattraperait. Qu'il m'empecherait de partir....

Quatre sont passés, loin de lui. Je lui en ai voulu au début. Jamais il n'a répondu à mes appels, mes messages même mes lettres. Jamais il a su qu'il me manquait. Vivre loin de lui, le voir sur des affiches publicitaires, voir son regard hanté me fait toujours aussi mal. Et ses chansons, ses paroles où il me demande de revenir, où il me demande pardon... Combien de fois ai-je eu envie de reprendre l'avion, combien de fois l'ai-je fait, restant dans la voiture, attendant de le voir. J'en ai vu des filles défilés à ses bras. De loin, impossible de ne pas remarquer qu'il avait maigrit, qu'il n'était pas bien. Puis, j'ai espacé mes aller retour pour tourner la page comme il l'a fait. Jusqu'à aujourd'hui où je suis devenue la première violoniste de l'orchestre du Japon.

Mon regard se pose sur une autre affiche. Un violon, les yeux fermés et un sourire. C'est seulement maintenant en la voyant de plus près que je constate que son pendentif est toujours autour de mon cou.... .




Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Hiroshi Yuki   Mer 18 Oct - 20:24

xD Alors si j'ai bien compris c'est un craquage complet d'un amour inconditionnel à Ryu xDD Donc je te souhaiterai la bonne chance pour .. la suite xDDD

Tu as bientôt fini en vrai mais le perso à l'air hyper intéressant :gaah:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Hiroshi Yuki   Mer 18 Oct - 20:34

Elle est trop cuteeee ! :inlove: Re-bienvenue :cute:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Hiroshi Yuki   Jeu 19 Oct - 9:50

Kira : j'ai résumé 5 ans de rp :hehe: et j'ai supprimé plein de chose, car la demoiselle de base aurait dû se faire renverser à son entrée au collège avec l'apparition de personnalité multiple et quand elle revient elle même, elle le quitte pensant qu'il l'empêchera de prendre l'avion... Sauf que... Bah, quand il va arriver y aura le pourquoi il ne l'a pas empêché (et c'est Yuki qui va être la méchante de l'histoire :uhuh: ).

Kris : merci :hrt: J'adore l'actrice (car là c'est une actrice).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hiroshi Yuki   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hiroshi Yuki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hiroshi SHIRAI en Alsace
» Stage Hiroshi SHIRAI
» Daisuki-yuki
» rq : photos emilie dilesenger et solene BERESZCZYNSKI
» Marguerite Bouvier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: