AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Toshi Ai π 01101010 01100101 00100000 01110100 00100111 01100001 01101001 01101101 01100101

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
MessageSujet: Toshi Ai π 01101010 01100101 00100000 01110100 00100111 01100001 01101001 01101101 01100101   Dim 15 Oct - 12:42


Toshi Ai
3B9AC9FF






Identy


nom :

toshi

prénom :

ai

date de naissance & ville :

22 juin - Kyoto

origine :

japonais

nationalité :

japonaise

orientation sexuel :

hétéro

situation familiale :

un grand frère et une grande sœur.

situation financière :

y a pas à se maintenir

statut social :

vendeuse en informatique et étudiante en reseautique





Groupe





Ok! Donc faut vous parler de moi comme ça. Mes habitudes, mon comportement en société. Il faut juste savoir une chose importante sur moi. Je suis amnésique suite à un accident. Il m'a fallut quelques mois pour comprendre qui j'étais et que les personnes qui m'entourraient, n'étaient pas des monstres mais juste ma famille. Alors oui, j'ai cru qu'ils me kidnappaient de ma chambre d'hôpital, le jour où j'ai pu sortir. Mais mon amnésie est juste sur mon identité, pas sur ce que je connais. C'est ainsi que j'ai découvert que j'étais pas mal doué en informatique même mieux, que j'étais assez connue dans un certain milieu.
Je crois que je suis quelqu'un d'assez timide, je baisse facilement les yeux quand on me regarde, j'ai du mal à m'exprimer en société. Mais parfois c'est l'inverse, comme ça d'un coup, je peux changer car mon interlocuteur a dit un mot qui me rappelle quelque chose,
y a une odeur familière. Quoi que non, je serai quand même timide mais différement. Je vais juste observer sans rien dire, et attendre quoi? Un flash ou que quelqu'un me dise simplement Moi, je peux t'aider. Car c'est difficile de vivre sans rien se rappeler vraiment. Si ça se peut, je passe à côté de personne avec qui j'étais très proche avant et maintenant, je les nies comme ça, car ils ne me disent rien.
Quand je dis que je ne me souviens plus de mon identité mais que le reste je m'en souviens, c'est comme... Les choses de bases, respirer, manger, parler, etc... Mais mettez moi un ordinateur sous les mains même si c'est la première fois que je vois le modèle,
et je vais faire des merveilles. Comme le fait de me promener sur des serveurs. Puis y a ce pseudo Bluebird je sais pas pourquoi je mets ça la première fois que j'ai été sur un forum. Mais il représente quelque chose pour moi. J'en suis sur. Sauf que ça fait partie de ce que j'ai oublié.

Puis ensuite, quand on me connait bien, on s'apperçoit que je suis pas si silencieuse que ça. Non, je suis même bruyante. Je m'énerve contre plein de chose à la fois mais pas sur une personne physique. C'est sur un tout, un ensemble. Alors je donne des coups dans un mur, je frappe une table. Je vais courir pour me défouler. Comme si j'avais été entraînée à canaliser ma rage en me bougeant. A ne pas rester bloquer sur un échec.
Curieuse, une soif de savoir sur tout et n'importe quoi. Un rien m'intéresse. Je suis même imbattable depuis deux ans au trivial poursuite. Tellement, j'emmagasine des donnés sans vraiment savoir d'où ça peut venir. Comme si, celle que j'étais avant était aussi curieuse.

Enfin, je prends tout en photo comme si j'avais peur d'oublier encore une fois. D'un cailloux à un inconnu qui passe. Et mon rire est étrange, on dirait un petit cochon au faite. Et y a des Flash qui surviennent de temps en temps, juste à cause d'un mot, d'un geste, d'une odeur. Pour le reste, désolée mais je suis seulement entrain d'apprendre à me connaître.


Pseudo


Tu peux te présenter ici.







Code:
<a href="url de la fiche de presentation" class="ppr">nom prénom du feat</a> ► nom du personnage
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Toshi Ai π 01101010 01100101 00100000 01110100 00100111 01100001 01101001 01101101 01100101   Dim 15 Oct - 12:45


Nom Prénom
une citation




Vous connaissez cet instant où y a toute votre vie qui défile devant vos yeux ? C'est ce qui se passe à cet instant. La voiture, elle fonce en klaxonnant et je n'arrive pas à bouger, tétaniser. Tout me revient en mémoire. Vingt deux années, à moins de trente seconde. Mon enfance, où j'étais un peu le vilain petit canard. J'étais pas normale pour les autres, une fille qui s'intéresse aux supér héros, aux pokémons. Qui préfère passer son temps le nez dans ses livres. Pas besoin d'étudier, tout était logiquement pour moi. Puis y a eu la puberté, cet période ingrate. Je ressemblais aux stéréotypes des geekettes américaines des années quatre vingt ans. L'appareil dentaire, les grosses lunettes, les cheveux attachés en couette et mon visage jaloux de la calculatrice ou amoureux, j'ai jamais trop su. Je n'intéressais pas les garçons et ils ne m'intéressaient pas. Sauf pour jouer aux jeux vidéos. Puis y a eu mon premier amour, cette merveille que mes parents nous ont offert à mon frère, ma sœur et moi à noël de mes onze ans. La connexion ADSL. Là, ce fut une liberté pour moi. Les tchats, les forums de discussions. Mon identité virtuel était autre que ma vie réelle : Bluebird. J'étais partout et nul part à la fois, je me suis fait des amis, ceux qui m'ont apprit tout ce que je sais à cet époque. Ils ont été importants, les premiers à ne pas se moquer de moi.

Alors que les autres de mon âge passaient leur temps dehors, moi, j'étais bien installée sur la chaise de bureau à fixer l'écran de l'ordinateur. Des paquets de chips vides ou remplient pas loin de moi, avec des canettes de boissons différentes. Je m'amusais à essayer de rentrer dans des serveurs juste comme ça. Même si celui du collège était très simple. D'un clique j'ai pu modifier mes notes et celles de certaines personnes qui me persécutait. Je me vois un peu comme un robin des bois, une personne qui prenait la défense des plus faibles, caché dans l'ombre. Même chose au lycée, sauf que... Mon visage n'était plus jaloux de la calculatrice et qu'étrangement, même en mangeant mal, mon corps commençait à perdre les rondeurs de l'enfance. Il restait plus que les affreuses lunettes qui furent bien vite remplacer par des lentilles (et des lunettes à monture plus fine) et mon  appareil dentaire... Voilà, je commençais à plaire aux garçons mais moi, c'était pas eux qui m'intéressaient. Non, j'avais enfin trouvé quelque chose d'amusant à faire. Trouver les failles de système, de serveur de grandes entreprises et de les mettre à nus. Bluebird était devenue une hackeuse, une jeune hackeuse et une grey hate. Je me souviendrai toujours de la tête des voisins un bon matin durant les vacances. Mon premier coup, un coup de génie, un coup de maître. Tout ceux étant chez le même fournisseur (à qui j'avais prévenu plusieurs fois qu'on pouvait rentrer chez eux comme si on allait au marché) se sont retrouvés avec un faux virus, un merle qui se promène sur l'écran. Etrangement, les failles ont été réparés en moins de six heures...

Puis la fin du lycée est arrivée. Franchement, je savais pas trop quoi faire. Des études ou ... ma soeur aînée était prise dans une école de restauration à Séoul. C'est ainsi qu'à dix huit ans, j'ai quitté mon île direction la capitale. Le studio était petit. Mais, je m'en moquais. Après tout, elle travaillait de la journée et dormait la nuit. Et moi, je dormais de la journée et "travaillais" la nuit. Un petit boulot en temps partiel comme livreuse pour une pizzaria, le reste, je continuais mon jeu. Jusqu'au jour où...

Six heure du matin sur le réveil. Ma soeur part pour son stage et moi, je suis dans le lit. La nuit fut longue, très longue. Je comprends pas pourquoi j'ai répondu à cette demande d'entrée sur l'un des serveurs appartenant au gouvernement. Enfin, j'ai trouvé un trou et je me suis engouffrée. Je devais rien faire, juste trouvé un moyen d'y entrée. Sauf que je montre les portes. Sauf que ça faisait six mois que j'étais surveillée sans que je le sache. En tout cas, on parlait pas de moi sur les serveurs de la police locale. J'aurai dû me méfier, c'était un piège. Six heure quinze, je me fais réveiller par des flics qui viennent de défoncer la porte du studio. J'ai juste le temps de mettre des pantoufles que je me retrouve menotter et emmener.

Une descente aux enfers, c'est affreux. Surtout quand on a rien à se reprocher. Car les charges retenus contre moi, j'y croyais pas. Je n'ai jamais rien fait contre mon pays. Vu que je l'aidais à ma manière. L'avocat commis d'office ne savait quoi faire pour me défendre, vu que je restais murer dans un silence, les seuls mots que je daignais prononcer était "J'ai rien fait". Enfin, si j'ai fait, montrer les failles dans leur système. Et aussi laisser quelques lapins dans les fichiers. Mais c'était juste pour les aider. Quatre jours à me faire interroger comme si j'étais une criminelle. Ils m'ont parlé de la prison à vie, ils m'ont expliqués ce qu'on faisait aux jeunes filles comme moi. Dix neuf ans et le reste de ma vie derrière des barreaux. Puis le cinquième jour, c'était plus le même qui m'interrogeait. Le mec il était classe dans son costume trois pièces. Il souriait et il m'a appelé Bluebird. J'aurai dû me méfier de son sourire. J'aurai vraiment dû me méfier et ne pas écouter mon avocat. Le type travaillait pour le gouvernement, un haut gradé. Il m'avoua qu'il me surveillait depuis quelques temps et que j'avais le profil rechercher. J'irai pas en prison mais j'aurai trois ans de réhabilitation. Et j'ai signé en me disant que ça pourrait pas être pire que la prison.

Un camp militaire. Moi? Franchement? Me réveiller à quatre heure du matin pour aller courir. Prendre des douches d'eau froide. C'était pire qu'une prison. L'enfer ! Pas d'ordinateur, pas de téléphone. Rien. Juste des instructeurs qui me hurlaient dans les oreilles. Des heures de pompes, d'abdo. Courir sous la pluie, sous la neige, quand le soleil est au zénith. Puis ma mauvaise humeur est passée. J'ai commencé à prendre du plaisir à courir, à faire de l'escalade, à dormir sous tente. Les ordres qui au début m'énervaient, ceux qui me hurlaient dans les oreilles, sont devenus des personnes pas importante. Loin de là. Mais des camarades avec qui j'ai prit plaisir à discuter et même rire. Ils m'avaient tous surnommés miss catastrophe. Et y a eu cette lettre annonçant que je retournais à la vie civile. Une voiture blindée qui m'a déposé devant le studio où j'habitais avec ma soeur. Le regard de mon aînée qui était distant, jusqu'au moment où je comprenne qu'elle avait un copain. Et qu'il allait falloir que je me trouve un autre endroit où vivre.

Et le mardi matin arriva. C'est là qu'il a fait irruption dans ma vie. Jae Hwa sans rien me demander. J'étais pas prête à ça. Il était comme Sketch, mon collègue. Nous avions subit la même chose. L'arrestation, le camp militaire et maintenant ça. On était tout les trois derrières des vitre en verres, travaillant sans avoir accès aux serveurs directes. Nous ne pouvions pas parler de notre travail entre nous. Et il m'a fallut une semaine pour que je leur adresse la parole. Une autre pour que je lui souris. On passait du temps ensemble tout les trois aux bureaux mais aussi à l'extérieur. On était inséparable. Et y a eu le premier baiser échanger entre lui et moi. On s'est pas posé la question pour savoir si on voulait vivre ensemble. C'était logique pour nous. Pas de drague ou autre. c'était ça la définition du bonheur. Deux personnes qui se comprennent, sans être sur le dos de l'autre. Oh nous avions nos disputes. Mais on réglait ça avec un jeu vidéo. Qui cuisinerait, qui ferait le ménage.

Quand on a été relâché, Jae Hwa a reprit le chemin de l'université pour devenir chimiste. Et moi, je ne savais toujours pas quoi faire. On avait notre loyer à payer, il fallait qu'on vive aussi. Alors même si il avait un emploi, je voulais qu'il puisse respirer. Et je me suis prit deux emplois en temps partiels. On était amoureux, on était bien. Il était mon Han Solo, et j'étais sa princesse Leila. Il était Clyde et moi Bonnie. On s'amusait, on rigolait, on se chamaillait. Et je me voyais faire ma vie avec lui. C'était impossible que ça se passe autrement.

Puis ce soir. Y a une demi heure d'ici, deux types sont venus me trouvés au café où je travaille. Ils m'ont montré leur carte. On a bu un thé ensemble. Ils m'ont mit un contrat sous les yeux en me disant qu'ils avaient besoin de moi. J'ai souris, j'ai signé. Après tout, devenir un agent pour le gouvernement dans le service de hacking, n'était pas dérangeant. Ca allait avec ma propre politique. Ils sont partis et j'ai demandé pour quitter mon boulot deux heures plutôt. On va pouvoir déménager, on va pouvoir parler d'avenir. Je souris, je sautille. Le feu passe vert. Je traverse sur le passage piéton. Un klaxon. Des phares dans mes yeux. Et ....

Ils sont nombreux autours de moi, je les entends m'appeler. Jae Hwa, tu es où? Jae Hwa, me laisse pas. J'ai froid. Les sirènes de l'ambulance arrive. Je crois l’apercevoir avant que mes yeux se ferment. J'ai mal. J'ai sommeil.... Sa voix se fait entendre, sa main attrape la mienne. Il me parle, il pleure à côté de moi. J'ai envie de lui dire de ne pas pleurer que je vais bien. Je me bats pour me réveiller. Je me bats pour bouger un doigt pour qu'il sache que je suis là, qu'il est pas seul.

"Qui êtes vous?" Ca fait cinq minutes que je suis réveillée et je regarde l'homme qui me tient la main endormi. Il a l'air surpris, il me sourit. Je l'entends me dire qu'il revient vite. Il sort de la pièce et je me rendors.... Y a des gens autours de moi, une femme me serre dans ses bras en pleurant. Vous êtes qui? Le diagnostique est tombée, je suis amnésique. Je me souviens plus de mon identité, de plus personne de mon entourage. Et je vois celui était là quand je me suis réveillée partir s'en se retourner, alors que l'homme se disant être mon père pose sa main sur mon épaule. L'autre type qui était avec celui qui vient de partir me dit qu'ils vont m'attendre. Qu'avec toutes les gamelles que je me suis déjà prise, je vais me souvenir de tout.

Deux ans que je me suis réveillée dans la chambre d'hopital. Six mois que je suis ici à Jeju-do dans mon ancienne chambre. Et j'ai toujours l'impression de ne pas être chez moi. J'ai toujours du mal à appeler les personnes qui m'entourent autrement que monsieur, madame. Et puis y a ce pc portable qui est arrivée par la poste y a quelques jours qui m'attend sur mon bureau. J'arrive pas à comprendre pourquoi on me l'a envoyé. Y a pas un mot, rien. Juste qu'il est remplit d'auto collant et qu'un nom est écrit au marqueur dessus. On me demande un login, Bluebird et un mot de passe. Je réfléchis, je réfléchis. Ma tête me fait mal, Une sensation étrange comme si quelqu'un me serrait contre lui, me murmurait quelque chose à l'oreille. Y a un mélange d'odeur, de pizza, de bière, de cigarette, un parfum... un gel douche. Je souris et écrit le mot de passe. Il est long, il est étrange. Mais il doit certainement dire quelque chose à celle que j'étais avant. Sur le bureau rien, comme si tout avait été effacé. Juste des programmes. Mais rien d'autres. Pas d'image, pas de fond d'écran. Et ça me laisse perplexe.

Doucement le temps s'écoule. Et aujourd'hui, je prends un nouveau départ. Je vais reprendre des études en informatique. Ca n'a absolument pas l'air compliqué vu ce que je sais faire. C'est instinctif. Puis Séoul, j'y ai vécu quatre ans et je me souviens de rien. Je suis sur que ma mémoire s'y trouve. Alors j'embrasse mes parents une dernière fois ainsi que mon frère. Ma soeur m'attend à l'aéroport... Elle vie dans un grand appartement et j'aurai ma chambre et pratiquement toutes les pièces, vu qu'elle est rarement là. Un, y a des cartons qui m'attendent tenant des trésors pour moi, des babioles pour les autres. Y aura peut être des photos? Je souris, excitée par cette nouvelle aventure. Et la nuit même, Bluebird refait surface... après tout, la vie n'est qu'un jeu.




Revenir en haut Aller en bas
 
Toshi Ai π 01101010 01100101 00100000 01110100 00100111 01100001 01101001 01101101 01100101
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: